Journée technique oie grise du Marais poitevin du 26 novembre 2016

Le 26 novembre 2016 s’est tenu une journée technique organisée par l’ASOP à Notre Dame de Monts (85690) chez Ludivine Cosson.

Présents, 8 éleveurs provenant de 4 départements:

  • Ludivine Cosson (85), ferme La Barge, élevage extensif dans le Marais Breton-Vendéen (85)
  • Laurent Dousset et Martijn Van Lith, associés au Verger du Pré de Sagne, à Allasac (Corrèze) : exploitation de 8 ha en pommiers bio de variétés anciennes
  • Jérôme Kueska, ferme éducative Folie Paysanne de Mathieu Irastorza, La Barre de Monts (85)
  • Georges Riga, ancien président de la SAAS, Société Avicole Aunis Saintonge, éleveur d’Oies Grises du Marais Poitevin… entre autres à Arvert (17)
  • Paul Riga, chargé de mission au Cregene de Coulon (79) (Conservatoire des Ressources Génétiques du Centre Ouest Atlantique)
  • David Coulais, trésorier de l‘Asop, éleveur d’Oies poitevines (OBP et OGMP) à St Prouant (85)
  • Joseph Barraud, secrétaire de l’Asop, éleveur d’oies blanches du Poitou à La Crèche (79)

Absents excusés : Richard Joseph, président de l’Asop ; Alexandre Guérineau, vice-président de l’oie blanche du Poitou.

 


 

Les objectifs de cette journée technique étaient doubles :

  • Le tri, en vue notamment de réduire l’effectif d’oies grises du Marais poitevin, de 60 à 20 unités. Cette réduction, pour un meilleur suivi, est d’autant plus importante que ces oies vivent sur un espace dédié de plus de 30 hectares en zone humide
  • L’expertise, à la fois le sexage et l’évalua)on des meilleurs sujets à par)r du phénotype.Une opération à la fois technique et pédagogique, intéressante pour bonne partie des participants en quête d’expérience.

1. Le tri et la répartition :

  • 20 sujets sont facilement dégagés pour la reproduction, dont 4 jars et 16 oies
  • 8 oies et 1 jars sont mis de côté pour Les Vergers du Moulin à Bouzillé (49). Michel Reveillère y pratique une arboriculture pommes/poires-bio sur 18 ha, « à plein temps » et selon « une écologie au sens scientifique du terme »
  • quelques couples vont vers des éleveurs
  • une trentaine d’oies sont destinées à la transformation

2. L’expertise :

Le sexage est assez difficile à quelques mois

 

 

Schéma identification du sexe d'une oie du Poitou

Les éléments disqualificatifs sont les suivants :

 

Ailes* : marron au bout des ailes, blanc inégal des plumes sur l’aile
Panouille** : repli de la peau sous le ventre simple ou double
Quille*** : repli de la peau le long du bréchet, ce qui rappelle la quille d’un navire

Des éléments qualificatifs pour un standard éventuel :

  • l’onglet sur le bec : noir ou rosé ?
  • le liseré blanc autour du bec
  • les plumes noires sous le ventre
  • la couvaison naturelle

 


Merci à tous ceux qui ont participé : Ludivine pour son accueil très sympathique, Laurent et Martijyn pour avoir bravé la distance et le temps, Georges pour la diffusion de son savoir aiguisé, Paul pour son aisance et son sens pédagogique, Jérôme pour l’intérêt porté à l’oie grise du Marais poitevin,David toujours présent en dépit d’un emploi du temps hyper chargé et qui, outre les oies grises, a expertisé en sus 16 oies blanches du Poitou.

Pour terminer, la parole à Laurent :

Merci encore pour cette journée très instructive, et dans la convivialité ! Nous avons beaucoup appris et c’était très intéressant. J’espère pouvoir participer à de prochaines rencontres, et je pense qu’un forum serait un outil intéressant pour échanger entre éleveurs. N’étant pas un mordu de l’informatique, y aurait-il dans l’association quelqu’un de motivé pour s’occuper de cela ?

 

JB

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines - 26 novembre 2016 à 18:39

0 commentaire

Ou