Journée technique concernant l'oie grise du marais Poitevin du 16 février 2002

Une Journée Technique a eu lieu, le 16 février 2002, au « Centre Communal des Traditions Rurales » de Niort-Chey. La réunion de travail, organisée à l’initiative du « Club pour la défense et le développement de l’oie blanche du Poitou et l’oie grise du Marais Poitevin »,était animée par Madame Marylène LE GOFF, juge avicole nationale. Thème : consultation d’un standard spécifique pour l’oie grise du Marais poitevin, via le processus d‘homologation de cette race. Présence d’une bonne quarantaine de passionnés : personnes venues des deux régions Pays de Loire (Vendée) et Poitou-Charentes (Vienne, Deux-Sèvres, Charente-Maritime).


Problématiques :

Méthodologie :

Observations sur une gamme complète d’animaux présentés : oie grise sauvage (Anser anser), oie grise du Marais Poitevin, oie grise de Toulouse, oie blanche du Poitou.
Analyse comparative et proposition de caractères à considérer comme spécifiques.

Oie grise sauvage (nom latin : Anser Anser) :

Observation d’un sujet présenté par Madame Hervouet, gérante du Parc Ornithologique de Saint-Hilaire-La-Palud :
Petite taille et poids inférieur à 3 kg ; bec jaune orangé, onglet clair avec absence de liseré au bord du bec ; yeux marron et filet oculaire orangé ; ailes sans plume blanche, rémiges foncées à grande couverture présentant nuances et différences, plumes à dégradé gris bleuté et liseré blanc ; derrière tout blanc ; plumes de la queue foncées ; plumes du dos en dégradé bleuté, avec liseré au départ puis s’atténuant vers l’arrière ; ventre blanc ; absence de panouilles ; onglet couleur corne, pattes (tarses) rosées.

Oie de type « Oie grise du Marais poitevin » :

Constats et propositions :

Les onglets pâles sont majoritaires dans la population des oies grises du Marais poitevin mais ne présentent pas de différence avec le standard de l’oie de Toulouse.
Le caractère « onglets noirs et ongles noirs » , présent dans un faible pourcentage de la population n’est dans aucun des standards proposés. Allié à une taille modeste de l’animal – 3 à 4 kg – il peut servir de base à un standard différencié.

Conclusion :

Le génotype « onglet noir » est le propre d’une sous-espèce Anser anser de type oriental avec vraisemblablement le marais Poitevin comme limite nord d’évolution de cette sous-espèce. La population actuelle de cette sousespèce est très faible en nombre de reproducteurs : 20 à 30 dispersés.

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines - 16 février 2002 à 12:00

0 commentaire

Ou